CONTROVERSE SUR L’EFFICACITE DES VACCINS COVID 19 – Les Etats-Unis et la Russie lancent le compte à rebours

En attendant l’homologation des vaccins Covid 19 issus des recherches, des fibres pharmaceutiques américaines Pfizer Bion Tech et la Russie entretiennent la controverse sur leur efficacité. Si la première estime que son produit l’est à 90%, l’autre industrie souligne c’est à 92%. Une situation qui met l’organisation mondiale de la santé (Oms) dans une position embarrassante, vu que tous les deux vaccins sont en essais cliniques.
Le vaccin Spoutnik V produit par la Russie serait efficace à 92 % pour prévenir la Covid-19 selon le ministère de la santé Russe. Une annonce qui a été faite après celle de Pfizer et BioNTech, le 9 novembre dernier et qui ont estimé que sur l’efficacité de leur vaccin contre la Covid-19, elle se situe à 90%. Aujourd’hui, face à ses différentes annonces et l’urgence de trouver un vaccin efficace pour contraindre l’épidémie avec son lourd tribut de décès, il est important de savoir, « tout comme l’annonce Pfizer, celle concernant Spoutnik V n’est pas accompagnée d’une publication scientifique. Les informations présentées ici ne sont donc qu’issues d’un communiqué de presse et doivent être prises avec précaution», renseignent les experts du monde pharmaceutique.

Selon le magazine santé «futura», ce sont des résultats intermédiaires de la phase III de l’essai clinique, toujours en cours, qu’a partagé la Russie pour le vaccin Spoutnik V. «Actuellement, plus de 40.000 volontaires sont partie prenante de l’essai en double aveugle en Biélorussie, aux Émirats arabes unis et au Venezuela. L’Inde en est encore à la phase II-III. Parmi les 40.000 personnes, seules 16.000 ont reçu les deux doses vaccinales séparées de trois semaines. L’essai intègre aussi 20 personnes avec des cas confirmés de Covid-19. Ce sont sur ces 20 personnes que l’efficacité de 92 % a été mesurée, 21 jours après la première injection et en comparaison avec celles ayant reçu un placebo», note la revue scientifique.
En comparaison, des experts mondiaux ont estimé que l’essai clinique de Pfizer comprend plus de participants, 43.538 dont 38.955 qui ont suivi le protocole vaccinal jusqu’au bout (une dose initiale et un rappel à 21 jours). «L’analyse de l’efficacité a été menée sur 94 personnes atteintes de la Covid-19 et sept jours après la seconde infection, soit 28 jours après le début du protocole», ont-ils avancé.

LES RESULTATS SONT EN ACCORD AVEC UNE EFFICACITE BIEN PLUS FAIBLE

Selon toujours la revue scientifique «futura santé» l’efficacité mise en avant par Pfizer semble plus robuste que celle avancée par la Russie au vu de la taille de l’effectif sur laquelle elle se base, bien qu’elle paraît aussi surestimée. Ainsi, soutient-elle : «dans les réactions d’experts, suite à l’annonce de l’efficacité de Spoutnik V, publiées sur le site anglais Science Media Center, le ton est à la prudence». Le professeur Stephen Evans du London School of Hygiene and Tropical Medicine a lui déclaré : «il y a une incertitude considérable à cause du faible nombre de cas (20) Covid-19. Un suivi est nécessaire car, en se basant sur les données, les résultats sont en accord avec une efficacité bien plus faible (60 %). »

Ce dernier ajoute également : « Les résultats annoncés par Pfizer cette semaine sont basés sur 94 cas (probablement 8 personnes dans le groupe vaccin et 86 dans le groupe placebo), donc il y a plus de certitude que l’efficacité sera supérieure à 80%.» Néanmoins, des experts estiment que le vaccin Spoutnik V possède un avantage non négligeable. Basé sur deux adénovirus modifiés, une technologie vaccinale moins fragile que celle choisie par Pfizer, il n’aura pas besoin d’être stocké à -80 °C. Entendant l’homologation du produit les deux fibres pharmaceutiques continuent la bataille de positionnement et au même moment la population demeure dans le flou total sur le meilleur produit.

Denise Zarour MEDANG

SUDONLINE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *