PROJET GAZIER GRAND TORTUE AHMEYIM – Le Sénégal et la Mauritanie font destin commun

La future exploitation du gisement de gaz, à cheval entre la Mauritanie et le Sénégal, devrait se faire sans grands litiges avec les accords qui seront signés ce vendredi.

Les accords entre le Sénégal et la Mauritanie sur le projet gazier de Grand Tortue Ahmeyim (Gta) seront finalisés aujourd’hui. Le président Macky Sall et son homologue mauritanien, Mouhamed Ould Abdel Aziz, vont ratifier à Nouakchott ‘‘les derniers accords nécessaires à la prise de décision finale d’investissement (Fid)’’, annonce un communiqué du ministère du Pétrole et des Energies. Les deux pays, en coordination avec la joint-venture Kosmos/Bp, ont travaillé d’arrache-pied pour faire converger les positions sur quatre points.

D’abord, la convention régissant la fiscalité applicable aux sous-traitants. Le gisement est transfrontalier et le document ‘‘harmonise les deux législations fiscales applicables aux sous-traitants. Cette convention, qui assure également un partage juste des recettes fiscales entre les deux pays, sera annexée à l’accord de coopération inter-Etats signé le 9 février dernier par les deux ministres du Pétrole’’, annoncent les services de Mansour Elimane Kane. Ensuite, un accord de financement des deux compagnies nationales concernées.

Après la Fid, Petrosen et la Société mauritanienne des hydrocarbures et du patrimoine minier (Smhpm), en tant que membres de l’association des contractants, devront, en principe, ‘‘participer aux investissements à réaliser pour la construction des installations de production. Un accord de financement avec Bp et Kosmos a été conclu par chacune des deux compagnies nationales’’. Les deux autres volets concernent un protocole d’accord de commercialisation du gaz naturel liquéfié (Gnl) où des garanties de vente avant exploitation seront négociées avec un futur acheteur en janvier 2019 ; et l’autorisation d’exploitation délivrée par les deux Etats aux contractants.

Cette autorisation signe, en principe, la fin de la phase exploration et les compagnies procèdent aux installations de production après évaluation des gisements et de leur viabilité économique.

‘‘Avec l’ensemble de ces accords, le Sénégal va faire un grand pas vers sa destinée de pays producteurs de gaz et de pétrole. C’est le top chrono officiel qui marque la fin de la phase d’exploration et le début de la phase d’exploitation’’, indique le communiqué du ministère.

Il y a un peu plus d’un mois, le Pdg de Kosmos, Andrew Inglis, annonçait, dans les rapports trimestriels de la compagnie, que la Fid pouvait être dévoilée d’ici la fin de cette année. ‘‘Avec l’accord sur l’exemption fiscale, le partenariat va bientôt soumettre sa déclaration de commercialité. Il reste aux deux gouvernements (mauritanien et sénégalais) d’accorder l’autorisation d’exploitation exclusive qui va permettre à la compagnie de donner sa Fid. En parallèle, le partenariat progresse également sur la question des prélèvements de gaz naturel liquéfié’’.

OUSMANE LAYE DIOP

Section:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *