Paix et sécurité dans l’espace UEMOA : les acteurs appelés à conjuguer leurs efforts, en bonne intelligence

Pour prévenir toute velléité d’incompréhensions des membres de l’espace de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) appellent à la mise sur pied «de politiques pertinentes, de cadres juridiques et institutionnels adéquats et fonctionnels». C’était au cours de concertations sur la paix, la sécurité et le développement, dans les zones frontalières, qui ont démarré lundi 11 octobre 2021 à Korhogo au nord de la Côte d’Ivoire.

Les présentes concertations sont organisées par la Commission de l’UEMOA à travers la Délégation générale à la paix et à la sécurité, en partenariat avec la Mission de l’Union Africaine pour le Mali et le Sahel, autour du thème «Le développement des initiatives transfrontalières pour la prévention et la gestion des conflits liés à la gouvernance des ressources naturelles dans un contexte de changement climatique». Dans son discours prononcé en visioconférence, depuis le siège à Ouagadougou, le Président de la Commission de l’UEMOA, Abdoulaye Diop rappelle «l’exploitation des ressources naturelles est souvent source de tensions, de conflits latents ou ouverts, qui mettent à rude épreuve le vivre ensemble au sein des communautés locales», dira-t-il. Il demande dés lors la conception «de politiques pertinentes, et la mise en place de cadres juridiques et institutionnels adéquats et fonctionnels». L’exploitation des ressources naturelles est souvent source de tensions, de conflits latents ou ouverts, qui mettent à rude épreuve le vivre ensemble au sein des communautés locales. Comment prévenir ces tensions, les apaiser, gérer au mieux les conflits qui éclatent, et créer les conditions pour leur non résurgence? Tels sont les principaux défis de la gouvernance qui, à l’analyse, révèlent l’importance de la responsabilité des gouvernants -politiques ou administratifs, des Chefs coutumiers et des leaders religieux, a dit le Président de la Commission de l’UEMOA. Au niveau local, il appelle les acteurs à avantager la proximité avec les populations pour adapter les actions aux réalités du terrain, en tirant le meilleur parti possible des us et coutumes, ainsi que des modes traditionnels de gestion des ressources naturelles, de prévention et de règlement des conflits liés à leur exploitation.

Pour ce faire, les acteurs sont conviés à conjuguer leurs efforts, en bonne intelligence, notamment lorsque s’installent la méfiance, même parfois la défiance. A travers ses politiques sectorielles et son Programme paix et sécurité, la Commission de l’UEMOA se veut de mettre en œuvre des programmes intégrés de développement dans les zones frontalières de l’espace.

LESOLEIL

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *