« Des mensonges assénés au marteau » : cette tribune accablante pour Sibeth Ndiaye

La chroniqueuse Teresa Cremisi ne mâche pas ses mots dans sa tribune parue dans le JDD du 3 mai. Confinée depuis huit semaines à Venise, l’éditrice d’origine italienne s’en prend violemment à Sibeth Ndiaye. En cause notamment : les propos qu’avait tenus la porte-parole du gouvernement sur la gestion de l’épidémie de Covid-19 en Italie, le 11 mars dernier. « Ici, ils ont soulevé un tollé et on vous a vue en boucle à l’écran », assure la journaliste. Elle met en avant la loyauté de l’ancienne chargée des relations de presse d’Emmanuel Macron… Mais pas au sens positif du terme. « L’évolution des événements vous contredit ? Rien ne vous ébranlera, vous continuez à dire ce que vous êtes censée transmettre, à nier de façon péremptoire ce qui paraît au commun des mortels comme une évidence », fustige Teresa Cremisi.

La chroniqueuse n’hésite pas à mettre en avant la « jeunesse » de la femme politique de 40 ans, en se demandant si elle est à l’origine de son « assurance bravache », de sa « témérité », ou encore de son « mépris absolu de toute prudence ». « [Vos prestations médiatiques] sont toutes pénibles à regarder depuis le début du quinquennat, mais celles liées à la crise sanitaire sont accablantes : petits ricanements méprisants, coups de menton fiérots et peu courtois, autosatisfaction immotivée, navrante pauvreté du langage. La mascarade des masques a mis surtout en valeur votre technique personnelle des mensonges assénés au marteau », écrit Teresa Cremisi, cinglante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *