Sommet Afrique-Royaume-Uni : une occasion pour accroître les investissements

iGFM-(Dakar) : Le Sommet sur l’investissement entre le Royaume-Uni et l’Afrique est une occasion unique pour accroître les possibilités d’investissement et les perspectives d’échanges commerciaux entre les deux parties, a indiqué la Banque africaine de développement (BAD).
’’De nouvelles perspectives pour les échanges commerciaux bilatéraux et l’intérêt grandissant des investisseurs britanniques pour l’Afrique : tels seront les thèmes principaux du Sommet sur l’investissement’’, entre le Royaume-Uni et l’Afrique qui sera organisé lundi à Londres, selon la BAD.
Le président sénégalais Macky Sall prendra part à ce sommet.

Dans un communiqué, la BAD rappelle que ’’l’Afrique et le Royaume-Uni sont des partenaires de longue date’’.

’’En 2018, la valeur des échanges commerciaux s’élevait à plus de 33 milliards de livres sterling. Près de 2 000 entreprises britanniques sont actuellement établies en Afrique’’, indique l’institution bancaire sur son site internet consulté par l’APS.

La même source souligne que les exportations de l’Afrique vers le Royaume-Uni se sont élevées à 17 milliards de livres sterling en 2016, en légère augmentation par rapport aux 16,7 milliards de dollars de 2015.

Elle précise que parmi les principaux pays exportateurs africains vers le Royaume-Uni figuraient, en 2016, l’Afrique du Sud, qui représente à elle seule 58 % du total des exportations, suivie du Nigeria (7%), de l’Algérie, du Maroc et de l’Égypte, avec 5 % chacun.

La BAD signale qu’au cours de la prochaine décennie, l’Afrique devrait jouer un rôle de plus en plus important à l’échelle mondiale et d’ici à 2050, la population du continent devrait doubler pour atteindre deux milliards d’habitants, ’’ce qui représentera alors un quart de la population mondiale’’.

L’institution note aussi que ’’de plus, six des dix économies avec les taux de croissance les plus élevés de la planète se trouvent en Afrique, un continent riche en possibilités d’investissement’’.

Le Sommet de Londres réunira des dirigeants d’entreprises, des représentants de gouvernements et d’institutions internationales, selon la BAD, soulignant que l’objectif est de ’’faire connaître et promouvoir l’ampleur et la qualité de ces possibilités, telles qu’elles existent dans toute l’Afrique’’.

Le président de la BAD Akinwumi Adesina assistera à une réunion-débat en séance plénière sur le thème ‘’Les finances et les infrastructures durables – Exploiter le potentiel des services financiers de la City de Londres et du Royaume-Uni pour promouvoir la croissance en Afrique’’.
Les débats porteront sur l’amélioration de l’accès aux moyens d’investissement en Afrique et sur la recherche d’opportunités existantes et inexploitées, indique le communiqué.

Mardi, le président Adesina prononcera une allocution lors du Forum sur les infrastructures durables, une rencontre en marge du Sommet sur l’investissement Royaume-Uni-Afrique.

Selon le communiqué, il s’exprimera également lors de la conférence du Groupe parlementaire multipartite (APPG) du Royaume-Uni.
Le texte indique que cette réunion, co-organisée par la Royal African Society et l’Université Oxford Brooks, verra la participation de parlementaires, universitaires et décideurs du Royaume-Uni.

Les futures relations commerciales entre le Royaume-Uni et l’Afrique et la Zone de libre-échange continentale africaine dans le contexte du Brexit devraient dominer les débats, selon la BAD.

Interviendront à ce séminaire Vera Songwe, secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique ; Mukhisa Kituyi, secrétaire général de la CNUCED et Paulina Elago, secrétaire exécutive de l’Union douanière d’Afrique australe (SACU).
Selon le communiqué, ’’le président de la Banque précisera ses engagements dans le cadre d’un dialogue stratégique entre la Grande-Bretagne et la Banque africaine de développement’’.

Il ajoute que ce dialogue avec le Département du développement international (DFID) du Royaume-Uni ’’sera axé sur la stimulation de la transformation économique en Afrique dans les domaines des infrastructures, de l’égalité des sexes, du secteur privé et de l’emploi’’.
Le changement climatique, l’accès à l’énergie, la lutte contre la précarité et l’application des principes de bonne gouvernance seront également abordés.

APS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *