Burkina Faso: un coup d’Etat déjoué in Extremis

Un lieutenant-colonel du nom d’Emmanuel Zoungrana a été mis aux arrêts ce 10 janvier par la Gendarmerie nationale. En effet, selon « Jeune Afrique », l’ancien chef de corps du 12 régiment d’infanterie commando a tenté de faire un putsch avec l’insécurité et la colère qui habitent les populations. Les autorités burkinabés qui redoutaient  le contexte sécuritaire ne profitent aux officiers à mener un coup de force ont sonné l’alerte. Ainsi, selon un communiqué de l’armée, le lieutenant- colonel ainsi que d’autres soldats ont été arrêtés.

«Le 08 janvier 2022, le parquet Militaire de Ouagadougou était saisi par dénonciation d’un membre de la bande, d’une allégation de projet de déstabilisation des Institutions de la République que projetait un groupe de militaires.

Nanti de cette information, nous avions instruit la Police Judiciaire militaire d’ouvrir une enquête circonstanciée pour élucider cette affaire. Ainsi à la date du 11 janvier 2022, huit militaires ont déjà été interpellés et interrogés pour les besoins de la cause. A l’issue de cette étape, une suite sera donnée à cette procédure conformément aux règles de procédures dans le strict respect de la présomption d’innocence et du droit de la défense », informe le communiqué.

 

A noter que le lieutenant-colonel d’Emmanuel Zoungrana a dirigé le 25 régiment parachutiste commando basé à Bobo-Dioulasso.

 

 

WALFNet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *