Protestant contre des tortures sur un des leurs : Des détenus du Camp pénal en grève de faim

Guy Marius Sagna rend publique l’affaire

Selon l’activiste Guy Marius Sagna qui, dès la matinée d’hier, a informé l’opinion publique nationale et internationale du démarrage de cette grève de la faim à la prison du Camp pénal, les pensionnaires ont pris cette option, en soutien à un des leurs qui aurait été bastonné et blessé par des gardes pénitentiaires.

Actes de tortures répétés sur un détenu

«Ce matin (hier dimanche matin) Abdou Lahad Sow a été tabassé par les gardes pénitentiaires. La semaine passée, il a été aussi frappé et blessé aux jambes et mis en cellule pendant 8 jours, tout en sachant qu’il est asthmatique. Par solidarité, pour l’arrêt immédiat de ces tortures, les détenus ont entamé une grève de faim pour une durée illimitée. Des Abdou Lahad Sow il y en a beaucoup en prison. Il est temps que cela cesse. Les détenus (es) ont des droits. DOY NA », alerte M. Sagna.

Les autorités entrent en action

Guy Marius Sagna, tout en saluant la diligence des autorités qui ont pris langue avec les détenus, se désole du fait que la seule préoccupation de ces derniers est de mettre fin à la diète et non aux sévices que dénoncent les détenus. «Je me réjouis de voir que les autorités ont commencé à discuter avec les prisonniers. Je me désolé cependant de constater que leur seule préoccupation est l’arrêt de la grève et non l’arrêt des tortures qui poussent régulièrement à la grève des prisonniers. Certaines autorités ont même nié les faits indexés».

Par Maimouna SANÉ
SENEGO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *