L’aide-infirmière bénéficie d’une liberté provisoire dans l’affaire du nourrisson déclare mort puis retrouvé vivant à Kaolack

Cependant, elle va comparaître devant le Tribunal de grande instance (TGI) de Kaolack 18 mai prochain. Elle est poursuivie par le procureur de la République pour «mise en danger de la vie d’autrui et usurpation de fonctions de médecin».

Si le maître des poursuites en a décidé ainsi, c’est parce que le plaignant s’est désisté et a été bien enregistré au Parquet. Ce qui fait que la prévenue a eu la chance de pouvoir bénéficier d’une liberté provisoire en attendant la date de l’audience.

Les faits se sont déroulés à l’hôpital  El Hadji Ibrahima Niass de Kaolack. Le 06 mai 2022 à 12 h 50, le Commissaire central adjoint de Kaolack informait le Procureur de la République de la présence au sein dudit service de sécurité publique, d’un père de famille qui signalait le sort de son enfant déclaré mort par les soignants, avant qu’il ne découvrit lui-même que l’enfant, déjà acheminé à la morgue, présentait des signes de vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.