Yémen: une frappe de la coalition provoque une panne d’internet dans tout le pays

La coalition dirigée par l’Arabie saoudite a bombardé dans la nuit du jeudi 20 au vendredi 21 janvier Hodeidah, ville de l’ouest du Yémen contrôlée par les rebelles Houthis, détruisant un centre de télécommunications et provoquant une panne d’internet dans tout le pays, a indiqué vendredi une ONG.

La coalition pro-gouvernementale qui combat les rebelles Houthis soutenus par l’Iran, a déclaré qu’elle visait une « plaque tournante de la piraterie et du crime organisé » dans cette ville portuaire vitale pour le pays en guerre.

L’organisation NetBlocks, spécialisée dans la surveillance de l’internet dans le monde, a fait état d’un « effondrement des connexions internet dans le pays » après les bombardements. Des correspondants de l’AFP à Hodeidah et à Sanaa ont confirmé la panne.

De son côté, l’agence de presse de l’État saoudien a déclaré que la coalition avait effectué des « frappes aériennes ciblées pour détruire les capacités d’action de la milice Houthi à Hodeidah ».

Les Houthis ont indiqué que des personnes avaient été tuées dans cette frappe, mais leur déclaration n’a pas pu être confirmée dans l’immédiat. Un correspondant de l’AFP à Hodeidah a décrit une attaque de grande envergure.

Celle-ci intervient après que les rebelles Houthis ont détourné un navire battant pavillon des Émirats arabes unis en mer Rouge, après quoi la coalition a averti qu’elle bombarderait les ports tenus par les rebelles.

 

Lundi 17 janvier, les rebelles ont revendiqué une attaque au drone et au missile qui a frappé des installations pétrolières et l’aéroport d’Abou Dhabi, capitale des Émirats arabes unis, tuant trois personnes et en blessant six. Les Émirats sont membres de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite.

Des morts dans une frappe contre une prison aux mains des rebelles

Ce vendredi encore, une frappe aérienne visant une prison dans la ville de Saada, fief des rebelles Houthis dans le nord du Yémen, a fait plusieurs morts et blessés, ont affirmé vendredi les insurgés.

Plus de 100 personnes ont été tuées dans cette attaque, a indiqué pour sa part le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), ajoutant que le bilan continuait d’augmenter. Trois enfants et plus de 60 adultes semblent avoir été tués dans ces frappes aériennes, rapporte de son côté l’organisation humanitaire Save The Children, sans fournir de détails.

L’attaque n’a pas été revendiquée dans l’immédiat, mais la coalition frappe régulièrement les insurgés. Les Houthis ont annoncé l’attaque sur leur chaîne de télévision Al-Massirah et diffusé des images montrant des bâtiments soufflés avec des équipes de secours retirant des corps des gravats, certains mutilés.

 

« Un centre de détention a été pris pour cible à Saada et une équipe du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) est sur le terrain pour déterminer le nombre de morts et de blessés », a déclaré à l’AFP Bachir Omar, porte-parole du CICR au Yémen.

(et avec agences)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.