Assises de KASSE: procès de la presse qui dérange

 Les Assises des médias initiées par le Syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (SYNPICS), ont été lancées, hier, à la maison de la presse, Babacar TOURE. Mais ces réflexions ont démarré sans de nombreux acteurs des médias encore mois le patronat. En effet, l’organisation patronale, CDEPS a décidé de boycotter les travaux et fait cas d’usurpation.

En effet, pour le Conseil des diffuseurs et éditeurs de presse du Sénégal (CDEPS), ces «Assises des médias», même si elles sont initiées par le Syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (SYNPICS), devraient regrouper toutes les franges du secteur comme ce fut le cas avec le Coordination des associations de presse (CAP) qui a eu à organiser une marche à la place de la Nation pour attirer l’attention des Sénégalais et des autorités sur la situation de précarité de la presse en général. Ce qui, se désole le CDEPS, n’a pas été le cas. En outre, Mamadou Ibra KANE trouve que telles rencontres devraient être longtemps préparées en amont avec des documents minutieusement élaborés. Seulement, regrette-t-il, « le patronat n’a reçu son invitation que trois (3) jours avant cette importante manifestation, c’est-à-dire le lundi 11 janvier ».

En vérité beaucoup d’acteurs des médias n’ont pas été informés ou l’ont été tardivement. Le SYNPICS  qui marche avec le CORED et le CNRA, le policier et le gendarme de la presse, s’en prend aux journalistes et autres techniciens plus qu’il ne les défend. Et en mettant en exergue certains dérapages pour appeler à l’assainissement, le SYNPICS de Bamba KASSE semble vouloir se substituer au régime qui entend à défaut de contrôler toute la presse lui dicte le tempo à suivre.

«Je suis de plus en plus déroutée par le discours violent, conflictuel dégagé par les médias. Ces assises sont un moment opportun de faire une introspection, on va se regarder dans les yeux sans complaisance aucune pour pouvoir redresser la barque dans laquelle nous sommes », a confessé Bamba KAS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *