Chine: l’État demande aux fonctionnaires de se serrer la ceinture

De notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde – RFI

Le Premier ministre chinois l’a répété la semaine dernière, les temps sont durs et l’État va devoir se serrer la ceinture pour relancer l’économie. Un effort qui commence par le bas de l’échelle. « Nous avons entendu parler d’une baisse de 20 % de salaire sur l’ensemble de l’année, mais pour l’instant on n’a pas reçu l’avis officiel. On n’a pas recu notre prime de fin d’années, non plus. On s’inquiète. On en parle entre collègues, c’est sensible comme sujet », explique Madame Wu qui a deux enfants et est fonctionnaire dans la province du Zhejiang dans l’Est de la Chine.

Sujet sensible, voir explosif…. Les autorités prennent des gants dans leur communication, et dans leur non-communication d’ailleurs. Les réseaux sociaux s’agitent. Sous couvert d’anonymat, certains parlent de 25 %, voire d’un tiers de salaire amputé. Les primes auraient déjà été suspendues dans plusieurs villes et provinces du centre et du sud du pays comme Shanghai, Jiangxi, Henan, Shandong, Chongqing, Hubei et Guangdong selon les internautes.

Mais à Pékin, pour l’instant rien, affirme cette professeur d’une prestigieuse université de la capitale : « Quand les choses vont bien, les fonctionnaires locaux sont les premiers à être augmentés et il faut du temps avant que ces augmentations arrivent jusqu’à nous. Cela fonctionne aussi dans l’autre sens, nous devrions donc être épargnés pour l’instant. »

Au final, ce sont plus de 7 millions de fonctionnaires qui pourraient être concernés, dans un pays où la stabilité de l’emploi continue d’attirer des millions de candidats chaque année. En juin dernier, le bureau des ressources hydrauliques de Nanchang dans la province orientale du Jiangxi avait déjà ordonné à ses employés de rembourser leurs primes. Ces nouvelles annonces tombent mal juste avant les vacances de la fête du printemps.

« Nos salaires ont déjà été réduits à partir de la seconde moitié de l’année dernière. Si on nous coupe la prime de fin d’année, on aura l’impression d’avoir travaillé gratuitement. C’est un coup de poignard dans le cœur, cela fait beaucoup… », déplore Madame Wu.

Recettes fiscales qui diminuent avec la crise de l’immobilier et dépenses qui augmentent. Pour contrer le ralentissement économique, le gouvernement central a déjà augmenté le volume des fonds transférés aux provinces après la dernière assemblée nationale populaire. Il incite désormais à davantage de sobriété.

► À lire aussi : La croissance chinoise décélère à cause des pénuries de courant et de l’immobilier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *