L’Institution de Bretton Woods a approuvé hier la 4ème revue de l’Icpe du Sénégal et dans la foulée, a décidé de porter au double, la facilité de crédit en attente qui a été à ce jour, accordée au pays.

 

L’économie du Sénégal serait sur la voie de la reprise. Le Fonds monétaire international (Fmi) en est si convaincu qu’il a décidé, à l’issue de l’approbation hier de la 4ème revue de l’Instrument de coordination politique économique (Icpe) du Sénégal par son Comité exécutif, d’approuver le déblocage de 129,4 millions de Droits de tirage spéciaux (Dts), soit l’équivalent de 180 millions d’euros ou plus précisément 117 milliards 700 millions de francs Cfa pour le pays. Ce montant va porter à 360 millions de dollars, les montants débloqués par le Fmi dans le cadre de la Facilité de crédit en attente, pour permettre au pays de faire face aux problèmes liés à la crise engendrée par l’épidémie du Coronavirus.

Le Comité exécutif du Fmi a dans son communiqué publié hier, félicité les autorités sénégalaises pour les mesures qu’elles ont prises pour faire face à la pandémie, ainsi que pour les réformes qu’elles ont entreprises. Le Comité exécutif a noté que les fondamentaux de l’économie sénégalaise sont restés forts, en dépit de quelques risques de dérapage. Néan­moins, les directeurs du Fmi ont estimé qu’une croissance plus inclusive demanderait de prendre des mesures visant à améliorer l’environnement des affaires, renforcer les filets sociaux, élargir l’accès à une éducation de qualité et s’attaquer au chômage des jeunes.

Toutes ces choses dont le gouvernement est parfaitement conscient.

mgueye@lequotidien.sn