Inde: la Cour suprême se saisit des accusations d’appels au génocide

Avec notre correspondant à New Delhi, Sébastien Farcis – RFI

 

« Nous devons prendre les armes et exterminer des millions de musulmans. » Ces appels choquants au génocide ont été lancés publiquement à Haridwar, au nord de l’Inde, par des hindouistes en robe safran.

Mais la police, sous les ordres du parti nationaliste hindou du BJP, n’a enregistré que des plaintes mineures et n’a arrêté personne jusqu’à présent. La Cour suprême, saisie par deux plaignants, vient donc d’ordonner au gouvernement régional de l’Uttarakhand de leur rapporter sous dix jours ce qui est fait contre ces suspects.

Un signe positif

Pour Vrinda Grover, avocate à la Cour suprême, c’est un signe encourageant : « La Cour suprême est extrêmement puissante et a des pouvoirs étendus pour faire respecter la Constitution. Dès qu’elle interpelle un Etat, son gouvernement sait qu’il ne va pas échapper à un examen minutieux. Et cela a fonctionné dans d’autres affaires. Cela montre qu’en ce moment, la Cour suprême sert de réel contre-pouvoir en Inde. »

 

Les hindouistes ont appelé à un nouveau rassemblement similaire le 24 janvier, dans la ville d’Aligarh, qui compte une grande communauté musulmane. La Cour suprême a prévu sa prochaine audience juste avant cela.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *