AVEC PR NIAMA DIOP SALL (COORDONNATEUR À LA CES3P) – “Cette évaluation n’est pas une inquisition’’

Le chef de l’Etat amis sur pied une Commission d’évaluation et de suivi des politiques et programmes publics (CESPPP). Sa première mission est d’évaluer la politique de santé et du système de santé du Sénégal. Dans cet entretien, le professeur Niama Diop Sall, Coordonnateur de ladite mission d’évaluation, revient sur la feuille de route tracée par le président de la République, les missions de la CESPPP et les résultats attendus de cette évaluation qui pourrait ne pas être vue d’un bon œil par les acteurs.

Pourquoi évaluer la politique de santé et du système de santé du Sénégal ?

L’évaluation de la politique de santé et du système de santé du Sénégal est une mission de la grande Commission d’évaluation et de suivi des politiques et programmes publics (CES3P), à l’instar d’autres qui vont suivre. Monsieur le Président de la République a fait de la santé une de ses priorités. Cela explique le démarrage des activités de la CES3P par ce secteur.

Il y a régulièrement des évaluations, surtout dans le domaine de la santé. Quelle différence pourrait-il y avoir avec celle-ci ?

C’est vrai que le suivi et l’évaluation sont des activités courantes en santé comme dans les autres secteurs d’ailleurs. Mais, habituellement, c’est surtout de l’auto-évaluation. Qui plus est, dans ces cas, le suivi-évaluation se limite aux projets et programmes et sont des exigences des bailleurs. Dans l’évaluation que nous allons mener, l’innovation, c’est que nous allons sortir du cadre restrictif du sous-système de soins, pour nous intéresser au système de santé au sens large, dans le grand concept du “One Heath’’.

Pouvez-vous nous expliquer ce concept “One Health’’ ?

C’est un concept datant d’une vingtaine d’années, prônant une approche intégrée de la santé humaine, animale et environnementale. En effet, un certain nombre de maladies sont transmises de l’animal à l’homme et vice-versa. La récente pandémie dévastatrice de la Covid19 est là pour nous le rappeler. Et nous connaissons tous la peste, la dengue, le chikungunya plus anciennes, mais sont toutes des zoonoses. Voilà ce qui fait la pertinence de cette approche globale de la santé. D’ailleurs, dans notre comité d’experts, nous avons un groupe thématique exclusivement dédié au “One Health’’. Entre autres questions évaluatives, ce groupe mesurera le degré de prise en compte de l’interface homme-animal, homme-environnement dans les politiques de santé au Sénégal.

Concrètement, en quoi consistera cette évaluation ?

Cette évaluation sera axée autour de la chaine de valeur de l’action publique. La fixation d’objectifs et d’indicateurs relatifs aux besoins du citoyen amène les pouvoirs publics à mettre à disposition les ressources nécessaires aux activités et réalisations bénéfiques au citoyen. Par rapport à cela, nos questions évaluatives concerneront entre autres la pertinence des objectifs par rapport aux besoins exprimés ou en tout cas identifiés. Nous évaluerons également l’efficacité et surtout l’efficience pour mesurer le degré d’éventuels gaspillages de ressources. Enfin, certaines questions évaluatives concerneront la souveraineté, en vue de la réduction de la dépendance au cas où celle-ci serait vérifiée et établie.

Si on fait le cumul des financements accordés aux différents projets et programmes exécutés, on arrive à des sommes colossales. Est-ce que concrètement vous allez voir comment cet argent a été utilisé ?

C’est l’un des enjeux majeurs de cette mission. C’est pourquoi, en plus de l’efficacité, on va s’intéresser à l’efficience, autrement dit, est-ce qu’il n’y a pas de gaspillage. Tout cela sera documenté.

Qui va mener cette mission d’évaluation de la politique de santé et du système de santé ?

Sous la présidence de Monsieur le Ministre El Hadj Ibrahima Sall, la CES3P s’appuiera sur un comité composé de 36 experts sélectionnés grâce à leur expertise avérée dans leur domaine de compétence. Les associations de malades, les sociétés savantes, les ordres professionnels et d’autres personnalités ont également été mis à contribution.

Cette évaluation sera menée principalement dans le secteur de la santé. Appréhendez-vous des réticences des travailleurs de ce secteur ?

C’est vrai que c’est une situation qui aurait pu se poser. Mais je vais vous donner une réponse à deux niveaux. C’est une chance et une opportunité offerte aux générations actuelles, qui constituent une partie des cibles qui vont être enquêtées, de s’exprimer sur ce système qui les a “formatés’’ et dans lequel ils feront toute leur vie active. Le deuxième élément de réponse, cette évaluation n’est pas une inspection, encore moins une inquisition.

Nous avons adopté une démarche inclusive et mènerons avec le MSAS. D’ailleurs, des cadres du ministère de la Santé et de l’Action sociale, dûment mandatés, ont consacré une quarantaine d’heures avec la commission et les experts pour passer en revue toutes les 423 questions évaluatives dans leur formulation et dans leur agencement. Ces experts du MSAS nous ont également accompagnés dans l’identification des sources documentaires et des personnes ressources à enquêter ou à auditionner à tous les niveaux de la pyramide sanitaire. Pour terminer sur cette question, je fais remarquer que Monsieur le Ministre de Santé et de l’Action sociale est le président de fait de cette mission spécifique d’évaluation de la politique de santé et du Sénégal.

Comment cette évaluation sera-t-elle menée, suivant quelle méthodologie ?

C’est le jeudi 18 novembre 2021 que le ministère de la Santé et de l’Action sociale a déclaré le démarrage de la mission, par la voix Monsieur le Directeur de cabinet du ministre empêché. En réalité, un intense travail préparatoire est mené depuis plus d’un an par la CES3P. Des enquêtes et auditions seront menées à tous les niveaux de la pyramide sanitaire et en dehors, sur la base des questions évaluatives figurant dans le cahier des charges validé par le ministère de la Santé et de l’Action sociale.

Quels résultats sont attendus de cette évaluation ?

Les résultats que nous escomptons, devraient nous permettre de formuler des recommandations fortes à Monsieur le Président de la République. Cela devrait aboutir à des réformes profondes au seul bénéfice du citoyen.

Pouvez-vous être plus précis sur les résultats attendus ?

Les résultats attendus sont les réponses aux questions évaluatives concernant la pertinence, la cohérence, l’efficacité, l’efficience et la souveraineté. Cela nous permettra de formuler des recommandations pertinentes pour le président de la République. Ce qu’il veut, c’est des réformes profondes entraînant des changements qualitatifs dans la politique de santé et dans le système de santé au sens large et intégré

Quel est le chronogramme des activités de cette mission d’évaluation ?

Quand les résultats seront-ils donnés ? A partir de la date de lancement (18 septembre 2021), la mission devrait s’étendre sur six mois durant lesquels vont alterner des séquences de recueils et d’analyses des données. D’autres sources, telles que les associations de malades et les sociétés savantes seront également concernées par ces enquêtes et auditions. Au terme de ce processus, sera organisé un séminaire de validation du rapport final avant sa remise à Monsieur le Président de la République qui en aura naturellement la primeur et l’exclusivité.

GASTON COLY

ENQUETEPLUS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *