Abimbola Alale, pionnière du secteur spatial nigérian

Abimbola Alale est la seule femme au monde à diriger un opérateur satellitaire et elle est une pionnière du secteur spatial nigérian. Portrait.

Pour Sekou Ouedrago, ingénieur spatial et fondateur de l’Aaso, le choix de récompenser la nigériane, seule femme au monde à diriger un opérateur satellitaire, allait de soi.

« Premièrement, c’est une femme, ce qui est très rare dans le domaine de l’aéronautique et encore plus du spatial. Elle est CEO (Pédégère NDLR) d’un opérateur satellitaire majeur, et en plus elle vient de la puissance montante, le pays le plus riche d’Afrique, le Nigeria. Cela fait trois caractéristiques qui font que c’est une personnalité atypique. Et en plus, de par sa carrière, elle peut être considérée comme un exemple pour toutes les Africaines et les Africains dans le monde»

Depuis toujours Abimbola Alale est fascinée par l’espace. Une passion d’enfance qui a toujours été encouragée par ses parents dit-elle.

« C’est plus ou moins un rêve. Depuis que je suis petite, j’ai toujours été intéressée par ce qui se disait sur l’espace et les voyages sur la lune. Cela a éveillé mon intérêt. Je m’intéressais à ceux qui avaient posé le pied sur la lune, je voulais moi-même y aller, devenir une astronaute. Oui, c’était vraiment un rêve d’enfant pour moi. »

Mais le chemin des étoiles emprunte parfois des routes détournées. Abimbola Alalé a d’abord songé à une carrière médicale, déjà en lien avec le secteur spatial.

« J’ai commencé dans le domaine médical comme physiothérapeute. Ensuite je voulais travailler dans le domaine de la médecine spatiale. J’avais pour idée de soigner les astronautes, car j’aime les astronautes, j’aime ce qu’ils accomplissent, et je voulais faire partie de ceux qui prennent soin d’eux. »

Très rapidement, la jeune physiothérapeute réoriente son cursus universitaire et multiplie les formations dans le domaine spatial. Elle obtient notamment un MBA en France, au sein de l’Université spatiale internationale de Strasbourg mais aussi, une certification au prestigieux MIT américain. Scientifique. Elle est aussi une manageuse accomplie.

« Je sais qu’au niveau des études, au niveau académique, elle a un très bon niveau. En science pure notamment. Je pense qu’elle a des capacités humaines qui font qu’elle est appréciée. Et je pense que le fait qu’elle soit une femme, cela peut lui donner un avantage pour tout ce qui est « intelligence situationnelle », « prise de décisions », et surtout capacité à mettre ensemble les gens et à les faire travailler. »

Ces qualités lui permettent de s’imposer au sein des deux programmes satellitaires lancés par l’Agence spatiale nigériane. Elle participe à l’élaboration de Nigcomsat1 et de son petit frère Nigcomsat 1R fabriqués en Chine et lancés par une fusée longue marche en 2007 et 2011. Puis, elle prend la tête de l’opérateur public chargé de gérer les satellites de télécommunications. Nommé par le président Good Luck Jonathan, elle est confirmée à ce poste en 2019 par Muhammadu Buhari. À ce jour, Abimbola Alale est la seule femme au monde à diriger un opérateur satellitaire.

Pour Abimbola Alale l’espace et les satellites de télécommunication sont certes des passions mais des passions utiles. Notamment pour le développement de son pays.

« Les satellites jouent un rôle dans presque tous les aspects de nos vies…. La connectivité est devenue la clé de nos activités. Et seuls les satellites permettent de relier les gens qui vivent dans des zones reculées et isolées. Ils nous donnent la possibilité d’unir les gens dans un monde global. Les communications satellitaires doivent être vues comme un facteur d’unification permettant de relier à nous ceux qui vivent dans les zones rurales par exemple. Et faire en sorte qu’ils participent à notre monde globalisé. »

La petite fille d’Ibadan qui rêvait de conquête spatiale en compagnie de son père géographe, en regardant la lune depuis le jardin de sa maison est devenue une pionnière du programme spatial nigérian. Ses rêves sont désormais des ambitions. Et la prochaine étape serait pour elle de voir un astronaute nigérian s’envoler dans l’espace.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *