Fracture numérique en Casamance

L’Artp promet de connecter les zones les plus reculées

L’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (Artp), qui a lancé, avant-hier, une caravane d’informations dans la région de Ziguinchor entend, par la même occasion, résoudre la difficulté majeure liée à la fracture numérique en connectant les terroirs les plus éloignés aux agglomérations urbaines. 

ZIGUINCHOR- Manque de réseau par-ci, difficultés d’accès à l’Internet par-là. Les populations de la Casamance continuent de subir les affres de la fracture numérique. Dans certaines contrées de la zone sud du pays, des citoyens montent sur des arbres pour pouvoir émettre un simple appel. Dans d’autres, c’est le réseau mobile de la République de Gambie ou de la Guinée-Bissau qui prend le dessus. Ainsi, se connecter pour surfer sur Internet est un véritable luxe pour ces Sénégalais. Cette situation et ces désagréments que vivent les populations n’agréent pas le président de l’Association des clients et sociétaires des institutions financières. Selon qui, les opérateurs de téléphonie implantés en Casamance doivent faire tout leur possible pour assurer une qualité et offre de services aux citoyens. « Nous avons décidé, en sillonnant la Casamance, de mener des actions de sensibilisation pour amener les populations à s’approprier leurs droits et porter les réclamations pour que l’État s’en saisisse pour régler définitivement ces désagréments. Il y a un manque criant de réseau en Casamance », a relevé Famara Ibrahima Cissé lors de la cérémonie de lancement de la caravane d’informations. Poursuivant, il dit regretter le fait que le plus souvent, les gens achètent leur « Pass internet » et ne parviennent pas à se connecter. D’après le consumériste, cela est inadmissible. « Je ne peux comprendre qu’une personne achète son »Pass Internet » et qu’elle ne parvient pas à se connecter. C’est injuste et impensable. Il faut qu’il y ait une dynamique inclusive dans ce monde numérique. Il faut aussi que la rapidité et la simplicité soient de mise. Ce que nous réclamons, c’est la qualité de service. Il faut que le régulateur prenne toutes ses dispositions pour pousser les opérateurs à respecter les clients », a déploré M. Cissé, reconnaissant les efforts consentis par l’Artp pour offrir aux usagers une « bonne qualité » de service.

Les promesses du Dg de l’Artp 

L’adjoint au Gouverneur de Ziguinchor en charge des Affaires administratives a conforté la position du consumériste Famara Ibrahima Cissé. De l’avis de Babacar Niang, les zones reculées doivent être couvertes en réseau afin de permettre aux populations de bénéficier des offres de service de qualité de tous les opérateurs qui interviennent dans la zone.

Prenant la parole, le Directeur général de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes a indiqué que la structure qu’il dirige va « davantage se rapprocher et être à l’écoute des populations ». Aussi, a-t-il rassuré, les zones les plus reculées de la région de Ziguinchor, et au-delà, de la Casamance entière vont être couvertes par les opérateurs de téléphonie mobile qui y sont implantés. De plus, Abdoul Ly a rappelé toute sa volonté et celle de son équipe de travailler à mettre un terme aux difficultés que vivent les populations au quotidien. Ces entraves sont toujours d’actualité. Et le Dg de l’Artp le sait. « Ça serait se voiler la face pour dire qu’il n’y a pas de problèmes de qualité de service », a-t-il reconnu.

Cependant, le patron du secteur de la régulation, a précisé que leur prière de tous les jours, c’est de parvenir à garantir à toutes les populations de la Casamance une meilleure qualité de service. « Nous sommes armés de notre volonté, de notre outil et du pouvoir que nous confère la loi pour résoudre ce problème de qualité de service. L’Artp vient de terminer une campagne de mesure d’évaluation de qualité de service, et des mesures seront bientôt prises pour régler définitivement ces problèmes soulevés », a promis M. Ly, rappelant que cette question qui préoccupe son équipe et lui-même sera résolue pour rectifier le tir en matière de fracture numérique.

 

Gaustin DIATTA (Correspondant)      

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *