Niger: deux jours de deuil national après le massacre de 69 personnes près de Banibangou

Un deuil national de deux jours a été décrété à compter de vendredi dans tout le Niger, après la confirmation de la mort de 69 personnes parmi des civils dans la région de Tillabéry. Les dépouilles ont été retrouvées par les forces de sécurité qui les recherchaient depuis mardi.

Le maire de Banibangou compte parmi les victimes. Sa famille et les autorités locales l’ont confirmé. Mardi 2 novembre, il menait un convoi de 84 villageois qui s’étaient constitués en comité de vigilance. Les membres de ce comité étaient armés, ce qui est interdit par la loi, et alors qu’officiellement, il n’existe aucune milice au Niger.

« Les communautés pensent que le pouvoir a trop tardé à se déployer pour les sécuriser. Elles se sont donc données le droit de se constituer en milices d’autodéfense. La mise en place d’un comité de vigilance pour défendre les communautés pose la question du fonctionnement de ce comité », explique Abbas Abdoul Moumouni, spécialiste nigérien de la gouvernance.

Le maire et les villageois étaient en route sur une quarantaine de motos lorsqu’ils ont été pris en embuscade par des combattants lourdement armés de l’EIGS, le groupe État islamique au Grand Sahara. L’attaque a eu lieu près de la localité d’Adab Dab à une cinquantaine de kilomètres de Banibangou.

Après l’embuscade, les assaillants sont repartis au Mali avec leurs blessés. 15 des civils du convoi attaqué ont pu regagner leur village sains et sauf. Cette zone des « trois frontières » fait régulièrement l’objet d’attaques jihadistes contre les villageois, qui tentent d’organiser leur défense avec peu de moyens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *