Majoritaire dans la commune, Idrissa Seck reste maître à Thiès. La décision a été entérinée par Macky Sall et son allié du Rewmi. Le leader de la coalition Bby cède les trois communes et la Ville au leader du parti Rewmi et récupère le département. Un coup Sall et Seck contre les responsables de l’Apr dont certains menacent déjà d’aller avec des listes parallèles.

Par Ndèye Fatou NIANG (Correspondante) – C’est fini ! Macky Sall a scellé le sort de tous ses partisans qui avaient annoncé leurs candidatures pour briguer les collectivités territoriales de Thiès. Il a décidé, pour les investitures de la majorité présidentielle, aux prochaines Locales, de confirmer le leader de Rewmi dans les trois communes et la Ville. Par contre, le leader de la coalition Bby récupère le département jusque-là dirigé par Idrissa Seck. La décision a fuité ce week-end, à la suite des différentes audiences du président du Cese avec ses partisans et quelques membres de la coalition présidentielle. En effet, le Rewmi veut conserver ses collectivités territoriales et la Ville de Thiès. C’est parce que, dit-on, l’expérience de Talla Sylla a montré que, quand on donne la Ville à un allié qui n’est pas du même parti que les autres trois maires des communes, et que le courant ne passe pas, cela bloque le Conseil municipal. C’est d’ailleurs ce qui s’est passé depuis que Talla Sylla a rejoint la mouvance présidentielle.

 

Le Conseil municipal de la Ville de Thiès est bloqué. Et chaque année, c’est le préfet qui est obligé de rendre exécutoire le budget. Et donc, il n’y a pas de Conseil municipal. Et c’est cette cassure que le Rewmi veut éviter pour la prochaine équipe municipale. C’est pourquoi il veut récupérer la ville. Et le grand perdant de cette décision du Président Macky Sall est sans doute son allié Talla Sylla, qui se dit candidat à sa propre succession. Mais cela n’est pas dans les cordes de Macky. C’est d’ailleurs pourquoi il l’a nommé Conseiller spécial à la Présidence.

S’agissant du département, Rewmi va le céder à la coalition Bby, comme elle est majoritaire. D’ailleurs, le nom de Pape Siré Dia est cité pour diriger le Conseil départemental. C’est parce que l’ancien Dg de la Poste, qui était le Coordonnateur départemental de la coalition Bby lors des élections législatives de 2017, avait battu ses adversaires d’alors du Rewmi. Pour l’heure, Idrissa Seck affûte ses armes. Il a déjà réuni les leaders de la commune Est, à savoir le maire sortant, Pape Bassirou Diop, Cheikh Lô et Saër Mangane. Ce dernier serait, selon des sources, l’atout majeur du président du Rewmi pour diriger la liste de la commune Est. A l’Ouest, où le maire Alioune Sow est impopulaire et récusé de toutes parts, Seck a déjà une idée. Idem au Nord où il va faire un arbitrage entre le sortant Lamine Diallo et son prédécesseur Alassane Ndiaye. En attendant la décision finale du leader de Rewmi, les trois maires sortants, Pape Bassirou Diop, Lamine Diallo et Alioune Sow, et le premier vice-président du Conseil départemental, Yankhoba Diattara, ont un mot d’ordre. Diattara travaille pour le maintien des trois maires dans leurs communes et en retour, le trio l’appuie pour qu’il soit élu maire de la Ville de Thiès en remplacement de Talla Sylla. Un schéma qui fait grand bruit au sein dudit parti, puisque les rewmistes préfèrent Saër Mangane ou Mamadou Lamine Sankharé pour la Ville à la place du ministre de l’Economie numérique qui a déjà un bilan jugé «très négatif» à la tête de la Ville entre 2009 et 2014. Toutefois, le dernier mot revient à Idrissa Seck.

Un coup Seck et Sall qui ne passe chez les Apéristes

Seulement, Rewmi devra faire face aux leaders de l’Apr de la commune. Le ministre de l’Artisanat, Dr Pape Amadou Ndiaye, s’entête à vouloir diriger la liste de la commune de Thiès-Ouest. Ce qui n’est pas possible aux yeux de Rewmi parce que Thiès-Ouest est, en effet, le bastion de Idrissa Seck. Outre Pape Amadou Ndiaye, le député Abdou Mbow et Maodo Malick Mbaye sont respectivement candidats pour le Conseil départemental et la commune de Thiès-Est. Abdoulaye Dièye du mouvement Siggi Jotna, lui, va aller à l’assaut de Thiès-Est avec une liste dissidente, de même que Mamadou Gningue de l’Alliance pour un Sénégal prospère, qui va présenter une liste à l’Est et à la Ville.

La raison de cette dissidence est que les leaders apéristes estiment que de 7% en 2012, ils ont atteint, avec la coalition Bby, 40% à la dernière présidentielle à Thiès. Du coup, ils pensent qu’ils ont pu encore réaliser un bond qualitatif pour leur permettre d’avoir 60% pour les prochaines Locales et sans Rewmi. Toutes raisons, selon eux, pour que Rewmi leur cède le Conseil départemental et la Ville de Thiès.

nfniang@lequotidien.sn