L’équipage d’un bateau séquestré par un commando, après une saisie record de cocaïne à Dunkerque

Un commando a séquestré dans la nuit de dimanche à lundi l’équipage d’un bateau ancré à Dunkerque, dans le nord de la France, où plus d’une tonne de cocaïne avait été saisie, et une enquête a été ouverte pour « séquestration », a-t-on appris auprès des autorités françaises.

Arraisonné le 1er octobre, le bateau « Trudy », battant pavillon du Liberia, « était placé sous scellés », selon le parquet, avec à bord un équipage « de relève », selon une source proche de l’enquête.

« Vers 1H00 (23H00 GMT) du matin, une dizaine d’individus ont séquestré une vingtaine de membres de l’équipage, certains ont été violentés », a indiqué une source policière française, confirmant une information du quotidien local, la Voix du Nord.

« Le but probable était de récupérer de la drogue et de l’argent », mais les individus sont « repartis à 5H00 (3H00 GMT) les mains vides », a ajouté la même source.

Selon les premiers éléments de l’enquête, certains membres de l’équipage « auraient été ligotés », le commando était « violent, menaçant », avec certains d’entre eux armés « de bâtons en bois », a affirmé à l’AFP une source judiciaire, mais « il n’y aurait a priori pas de blessures physiques graves parmi l’équipage ».

Selon cette source, les membres du commando s’exprimaient « plutôt en anglais », et « auraient procédé à une fouille du navire accompagné du capitaine mais a priori sans prendre de choses en particulier ».

L’enquête, ouverte pour « séquestration » a été confiée à la police judiciaire.

Dix-neuf membres du premier équipage ont été inculpés et 15 d’entre eux écroués, avait indiqué mercredi une source judiciaire.

En provenance du Brésil et après une escale en Espagne, le Trudy était en route pour le port d’Anvers (Belgique) avec une cargaison de craie.

Plus de 1,1 tonne de cocaïne y avait été découverte dans les cales le 1er octobre, soit « la plus importante » saisie « réalisée dans les eaux territoriales françaises dans l’Hexagone depuis 2018 », s’était réjoui le gouvernement français.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *