Classes passerelles – Les enseignants renoncent à leur marche, mais…

Les enseignants des classes passerelles qui avaient décidé de manifester mercredi, ont renoncé, pour le moment, à leur marche, suite à l’appel du Directeur des ressources humaines du ministère de l’Education nationale.

L’Amicale des enseignants des classes passerelles lâche du lest. Ils ont renoncé à leur marche pacifique qui était prévue ce mercredi, suite à la médiation du Directeur des ressources humaines du ministère de l’Education nationale. Ils dénonçaient le « recrutement politique » de 5 000 enseignants.

Les enseignants des classes passerelles ont décidé de surseoir à la marche

Saourou Sène, Secrétaire général du Saems et Cheikh Mbow, secrétaire exécutif de la Cosydep, ont plaidé pour que ces derniers soient intégrés sur la liste de recrutement des 5000 enseignants prévu par l’Etat du Sénégal.

Le vice-président de l’Amicale des enseignants des classes passerelles du Sénégal, Cheikhou Omar Cissokho a indiqué que le Directeur des ressources humaines du ministère de l’Education nationale n’a pas encore respecté ses engagements.

« Jusqu’à présent, il n’y a pas d’avancée significative tendant à la résolution de ce problème c’est ce qui a motivé même l’introduction d’une demande de manifestation depuis le jeudi passé. On a reçu une demande de notification, hier mardi, comme quoi cette manifestation a été interdite. Nous sommes dans un pays de droit et la marche est un droit constitutionnel, c’est la Constitution qui nous le permet », a déclaré le vice-président de ladite amicale.

Qui poursuit: « On a reçu mardi, un appel du Directeur des ressources humaines, comme quoi, il aura la situation aujourd’hui à 12 heures. Il nous a demandé d’attendre jusqu’à vendredi. L’attente a été très longue et à chaque fois, il nous donne une date qu’il ne respecte pas ».

Cheikhou Omar Cissokho et Cie comptent descendre sur le terrain si rien n’est fait. « Le vendredi prochain, si rien n’est fait, on sera sur le terrain et advienne que pourra. Nous ne reculerons devant rien tant qu’on n’aura pas satisfaction. Nous sommes ici depuis plus d’un mois et nous ne comptons pas reculer tant qu’il n’y aura pas une satisfaction totale de nos revendications », ont-ils averti.

Rewmi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *