Facebook, Instagram, WhatsApp à l’arrêt : Un bug et plus rien

Une gigantesque panne des réseaux Facebook, Instagram, Whatsapp, Messenger a été détectée ce 4 octobre. Un bug mondial qui a causé pas mal de désagréments aux 3,5 milliards d’utilisateurs de ces services.

« A l’immense communauté de personnes et d’entreprises du monde entier qui dépendent de nous : nous sommes désolés. Nous avons travaillé dur pour rétablir l’accès à nos applications et services et nous sommes heureux de vous annoncer qu’ils sont à nouveau en ligne. Merci de votre patience ». C’est à travers ces mots que le géant américain a annoncé le retour à la normale de l’ensemble de ses réseaux Facebook, WhatsApp et Instagram après une panne inédite par sa durée. Si Facebook avait connu d’autres interruptions d’ampleur par le passé, le bug mondial survenu ce lundi 4 octobre 2021 restera dans les annales. Un désagrément majeur.  Le réseau d’applications de Facebook compte en moyenne plus de 2,7 milliards d’utilisateurs quotidiens. Les accros de Facebook, Messenger ou Whatsapp ont dès lors vécu la galère, le temps d’une interruption. Il était impossible de charger du contenu, envoyer des messages ou même actualiser le fil d’actualités. Les applis de messagerie concurrentes comme Telegram ou Signal ont dès lors vu les téléchargements et le nombre de nouveaux utilisateurs exploser.

Saer Fall, 25 ans, étudiant en Master dit s’être tourné vers Telegram, pour pouvoir maintenir les échanges, avec certains de ses contacts, aussi connectés à cette application. « Nous sommes presque tous devenus dépendants de ces machins. Je m’en suis rendu compte ce 4 octobre », relève-t-il. Livreur en même temps, ce jeune utilise, dans le cadre de son travail, les applications d’échanges sur Internet. L’origine de la panne reste encore mystérieuse bien que des explications ont été données dans la foulée du retour à la normale évoquant un « changement dans la configuration » des routeurs assurant la coordination du trafic.

Il faut remonter à 2019 pour retrouver une panne comparable. A l’époque, les applications internes de Facebook avaient cessé de fonctionner à la suite d’un différend avec Apple qui avait interrompu certaines fonctionnalités des applications. Plus récemment, deux pannes ont été relevées, le 19 puis le 25 mars 2021 dans la matinée, rendant les connexions aux sites impossibles, durant près d’une heure.

 

Véritables lieux d’échanges…

 

Parmi les applications, Whatsapp, ce service de messagerie instantanée utilisée par des millions d’internautes demeure plus ancré dans les activités des usagers. Il permet sur smartphone d’accéder à des conversations de groupe, par message écrit ou en visio. Il s’intègre pleinement dans la société, tantôt comme outil professionnel, tantôt comme outil de maintien des liens personnels. Véritables lieux de cohésion sociale, il contribue à asseoir une forme d’équilibre. Les groupes de discussion pullulent. «Whatsapp, c’est la possibilité de partager directement des informations avec ses équipes et d’avoir des nouvelles de la société», assure Bara Sall qui coordonne le travail d’une cinquantaine d’agents éboueurs. Selon lui, à partir de cet outil, il parvient à composer avec son personnel et apporter des solutions aux éventuelles difficultés, sans pour autant faire le déplacement. « C’est idéal dans une entreprise. On est aussi dans le court-terme avec des instructions données à la va-vite par message écrit ou vocal voire du contrôle à distance. Outre le travail à proprement dire, cela permet presque de créer un lien familial avec ses collègues », souligne-t-il. Alors, la panne a naturellement causé des désagréments. « J’ai dû faire recours à la communication téléphonique normale pour coordonner. Cela m’a pris un temps fou, comparé aux réseaux sociaux », souligne-t-il. « Whatsapp permet de connecter les collègues, de partager de l’information à tout moment. C’est l’outil le plus performant en termes d’immédiateté. La communication est synchronisée, le délai est spontané entre une communication et une réponse », poursuit Bara.

L’appli Instagram, rachetée par Facebook il y a quelques années, faisait également partie des services « down ». Pathé Kane est un traiteur. Il prépare des plats à domicile et les livre à ses clients. C’est à travers Instagram qu’il « chope » la plupart de sa clientèle, selon ses propres mots. « Le client découvre la photo captivante d’un plat sur Instagram. Il consulte puis clique sur le lien pour faire sa réservation », explique-t-il. Une approche efficace qui lui permet de recevoir plusieurs commandes au quotidien. Mieux, si le client est satisfait, il partage à son tour le plat, à travers les réseaux sociaux, ce qui agrandit de fait, le cercle de clients, ajoute-t-il. Selon lui, cette panne, si elle était maintenue, allait faire immédiatement faire chuter son chiffre d’affaires.

D’autres internautes font recours à Instagram pour leur propre promotion. C’est le cas de Nadine Sané, top model en devenir. La jeune femme âgée de 19 ans passe une bonne partie de la journée à poster des photos. « Je fais office de modèle pour des vendeurs d’habits. Je publie les dernières tendances et en retour on me paye en me cédant l’habit de mon choix. Chacun y gagne », avance-t-elle. La jeune femme ressent le besoin de capturer chaque moment en se prenant en photo et en le publiant. Instagram est pour elle un outil de travail, le nombre de likes et de followers étant ici considéré comme une récompense et source de crédibilité. Elle a dû remettre au lendemain la publication des photos de la veille. Une journée de perdue, selon elle.  Fama, 21 ans est constamment présente sur Facebook. « Je mets à jour mon statut, commente le mur de mes amis, publie mes dernières photos, accepte la demande de nouveaux amis. Je suis littéralement accro !» Timide, elle avoue que Facebook constitue pour elle un lieu d’expression sans précédent. « Etre sur Facebook favorise mon sentiment d’être intégrée socialement », relève-t-elle. Le réseau social lui permet d’être toujours en lien avec les autres.

 Oumar BA

LESOLEIL

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *