Par Mamadou SAKINE – Les dernières pluies ont mis la capitale sous les eaux. L’Etat va sévir contre les responsables des défaillances sur la conduite des travaux d’assainissement à Keur Massar, en banlieue dakaroise, a annoncé hier le ministre de l’Urbanisme, du logement et de l’hygiène publique, Abdoulaye Seydou Sow. «Quand l’Etat lance un marché, il y a tout un processus pour l’attribution. Mais aussi, il y a un processus pour l’évaluation. Les services concernés le feront en ce qui concerne les défaillances notées à Keur Massar», dit-il devant le Jury du dimanche (Jdd) sur Iradio. Profitant de cette émission, le ministre est revenu sur les efforts consentis par le régime du Président Macky Sall et invite les uns et les autres à ne pas faire de la question des inondations un débat politique. Il déclare : «Dès que le président de la République est arrivé au pouvoir, il a mis en place le Plan décennal de lutte contre les inondations. Ce qui est une bonne avancée par rapport à ce qui a été fait dans le passé. Aujourd’hui, il y a des inondations, mais il faut reconnaître que le taux a été bien réduit. C’est parce qu’il y a un travail qui a été bien fait. Mais comme toute œuvre humaine, il y a des choses à parfaire.»
Par ailleurs, Abdoulaye Seydou Sow assure que l’Etat est en train de travailler sur des solutions structurelles. Ainsi après la mise en place du Plan national d’aménagement du territoire, qui est le référentiel dans le domaine de l’urbanisation des territoires, le gouvernement travaille a doté toutes les communes d’un plan d’urbanisation. «Parmi les 557 communes que nous avons au Sénégal, moins de 15% sont dotés de plan d’urbanisme. Le chef de l’Etat demande à ce qu’on arrive, en 2022, au moins à 30%», a-t-il soutenu.

Il y a plus d’une semaine, le gouvernement a déclenché le Plan Orsec en mobilisant des camions et hydrocureurs pour essayer de soulager des sinistrés. Lors d’une réunion au ministère de l’Intérieur sur les récentes inondations, le Directeur général du Budget, Mamadou Moustapha Ba, a déclaré qu’en matière de lutte contre les inondations, juste sur les ressources internes de l’Etat du point de vue de l’anticipation, il y a peu près des crédits qui ont été ouverts de l’ordre de 27,8 milliards de francs Cfa dans la loi de finances initiale et dans la loi de finances rectificative. Il expliquait : «Ces 27,8 milliards prennent en compte les projets et programmes qui contribuent de façon efficace à la lutte contre les inondations pour l’année 2021. Ces ressources internes ont été mobilisées jusqu’à concurrence de 83%. Nous pouvons dire avec raison qu’actuellement, au niveau du Trésor public, il ne subsiste aucune instance de paiement liée aux inondations. Les 17 % restants, c’est de l’ordre de 4 milliards. L’Admi­nistration paie après service fait. Dès lors que les services seront faits, des engagements sont faits en priorité et la trésorerie est déjà mobilisée au niveau du trésor pour pouvoir faire face à tout engagement lié à ces inondations.»

msakine@lequotidien.sn