Parlement panafricain: Abdou Mbow appelle à «préserver les acquis précieux d’un système multilatéral»

Dans son discours, le vice-président de l’Assemblée nationale, Abdou Mbow, par ailleurs chef de la délégation sénégalaise à Rabat, a appelé jeudi ses collègues du Parlement panafricain à se mobiliser pour « préserver les acquis précieux » de ce « système multilatéral ».

Représentant Moustapha Niasse à la réunion de concertation des Présidents de Parlements nationaux sur le fonctionnement du Parlement panafricain, tenue jeudi 8 juillet 2021 à Rabat, au Maroc, Abdou Mbow a plaidé pour la « préservation » des acquis en vue de « sauver » ledit parlement.

D’emblée, il est d’avis que l’Institution parlementaire mise en place « au prix de lourds efforts » rencontre aujourd’hui quelques difficultés qu’il revient de transcender. « C’est vrai que de nos jours, toutes les instances internationales font face à des enjeux et défis de tous ordres, qui affectent dangereusement leur fonctionnement et risquent de remettre gravement en cause leur existence. Face à de tels dangers, il nous faut sonner l’alerte, et resserrer les rangs pour préserver les acquis précieux d’un système multilatéral, de plus en plus perturbé », a déclaré M. Mbow, saluant la tenue de cette rencontre pour échanger sur l’avenir du Parlement panafricain.

Poursuivant, le député sénégalais invite ses collègues africains à « rester fidèles à cet engagement solennel de nos pères fondateurs et, en notre qualité de parlementaires, il nous faut redoubler d’efforts pour porter encore plus haut la voix des peuples que nous représentons ». Car, à en croire Abdou Mbow, « le Parlement panafricain devrait demeurer pour nous tous, un cadre privilégié d’échanges et de dialogue permanent, dans le respect des principes et règles fondamentaux qui régissent cette Institution ».

Même si, admet-il, il ne saurait être exempt de contradictions ou de divergences de toutes sortes dans l’accomplissement de sa mission de veille, d’alerte et de contrôle des actions publiques à travers le continent.

L’exemple sénégalais

« Nous devons toujours avoir à l’esprit notre responsabilité primordiale de respect des règles et procédures que nous nous sommes fixés dans nos Statuts et notre règlement intérieur », a-t-il notamment lancé, citant l’exemple de l’Assemblée nationale du Sénégal composite avec plusieurs partis et coalitions de partis appartenant au pouvoir et à l’opposition.

Le parlementaire sénégalais pense qu’il est impérieux de tirer les leçons des dysfonctionnements qui ont été à la base de ces perturbations, afin de proposer des améliorations ou des amendements, propres à nous assurer une meilleure compréhension et une bonne application de nos règles et procédures.

« Nous sommes convaincus, qu’en puisant dans la source de nos pures valeurs et traditions africaines, nous réussirons immanquablement, à trouver les ressorts dynamiques pour donner un second souffle à notre Institution », a-t-il enfin indiqué.

M. Mbow était accompagné de Pape Birame Touré, président de la Commission des affaires étrangères, Babacar Ba, conseiller diplomatique du président de l’Assemblée nationale et de Aliou Dagnoko de la direction du protocole. S. GUEYE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *