Nigeria: plus de 1800 détenus s’échappent après l’attaque d’une prison

Le chef de la police nigériane a indiqué ce soir que « selon les premiers éléments de l’enquête », les assaillants « venus en nombre, avec des armes sophistiquées », seraient bien « des membres de l’Ipob [the Indigenous People of Biafra, le mouvement indépendantiste du Biafra ndlr] ».

Un peu plus tôt, le président Muhammadu Buhari avait dénoncé « un acte de terrorisme » et attribué cette attaque à des « anarchistes » et des « criminels », sans plus de précisions.

Les autorités pénitentiaires ont quant à elle confirmé l’évasion de plus de 1 800 détenus de la prison d’État d’Owerri, dans l’État d’Imo, et détaillé le déroulé de cette attaque. Vers 2h du matin, les hommes armés sont arrivés en nombre, à bord de pick-up et ont utilisé des explosifs pour entrer dans la prison, où ils ont attaqué le personnel de sécurité présent. De violents échanges de tirs ont eu lieu selon le communiqué. Ces « hommes armés » s’en sont également pris au quartier général de la police d’Owerri, où ils ont été repoussés avant d’avoir pu atteindre l’armurerie.

Cette après midi, le porte-parole du mouvement de l’Ipob a démenti être à l’origine de ces attaques. Mais le groupe indépendantiste a publié récemment des vidéos d’entraînement d’une nouvelle milice baptisée « Réseau sécuritaire de l’Est ». Ses membres sont désormais dans le viseur des autorités.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *