Norvège : au moins 10 blessés et 10 personnes toujours recherchées après un glissement de terrain

La Première ministre Erna Solberg a déclaré mercredi qu’il s’agissait de « l’un des plus grands » glissements de terrain que son pays ait connus. 

Au moins 10 personnes ont été blessées dans un glissement de terrain survenu dans une petite localité de la municipalité de Gjerdrum (Norvège), le 30 décembre 2020. (FREDRIK HAGEN / NTB / AFP)

Les recherches se poursuivent en Norvège. Dix personnes sont toujours portées disparues, dont des enfants, après un glissement de terrain survenu mercredi 30 décembre, à Ask, une localité située dans la municipalité de Gjerdrum, au nord-est d’Oslo. Au moins 10 personnes ont été blessées et l’une d’entre elles, grièvement atteinte, a été transférée dans la capitale Oslo.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, la fouille du site avec une équipe cynophile n’a rien donné et le terrain reste précaire avec l’effondrement de deux habitations. « Maintenant, il fait jour et la lumière va nous aider dans notre travail en nous donnant une meilleure visibilité », a indiqué le responsable de l’opération de sauvetage Roger Pettersen, lors d’une conférence de presse. « Il est important pour moi de préciser que nous recherchons des survivants », a ajouté le policier, sans préciser leur identité.

Un millier d’habitants évacués

Par ailleurs, environ un millier de personnes ont été évacuées de leurs maisons, mercredi, dans cette ville de 5 000 habitants. Elles ne pourront y revenir que lorsque la zone sera sécurisée. Selon la Direction norvégienne des eaux et de l’énergie (NVE), le glissement est d’environ 300 mètres par 700 mètres.

Des images vidéo montrent un flanc de colline effondré, laissant des maisons écrasées et enterrées dans la boue d’argile sombre. Des habitants ont appelé les services d’urgence en racontant que leur maison entière bougeait, a raconté le chef des opérations de secours Roger Pettersen, qui a qualifié la situation de « grave ».

La Première ministre Erna Solberg s’est rendue sur place, mercredi. Elle a souligné que ce glissement de terrain était « l’un des plus grands » que son pays ait connus. « Il y a quelque chose de dramatique à être ici », a-t-elle dit devant la presse, ajoutant être particulièrement inquiète pour les personnes encore recherchées. « La situation est toujours très instable avec la boue, donc il n’est toujours pas possible de faire plus que des secours par hélicoptère. »

 

La Première ministre norvégienne Erna Solberg a rendu visite aux sinistrés de la localité d'Ask, le 30 décembre 2020, après un important glissement de terrain. (JIL YNGLAND / NTB)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *