Israël dit avoir déjoué une « tentative d’infiltration terroriste » à sa frontière avec le Liban

L’armée israélienne a indiqué, lundi, avoir déjoué une « tentative d’infiltration d’une cellule terroriste » à la frontière nord avec le Liban, après avoir rapporté des combats dans ce secteur et avoir ordonné à la population locale de rester chez elle.
Tensions à la frontière israélo-libanaise. L’armée israélienne dit avoir déjoué, lundi 27 juillet, une « tentative d’infiltration d’une cellule terroriste » à la frontière nord avec le Liban, après avoir rapporté des combats dans ce secteur et avoir ordonné à la population le long de la frontière de rester chez elle à la suite d’un « incident de sécurité ».

« Nous avons pu déjouer avec succès une tentative d’infiltration d’une cellule terroriste en Israël », a déclaré à des journalistes le porte-parole de l’armée israélienne Jonathan Conricus, précisant avoir « une confirmation visuelle selon laquelle les terroristes sont retournés au Liban ».

Selon plusieurs sources libanaises, le Hezbollah a mené une opération contre l’armée israélienne dans le secteur des fermes de Chebaa, à la frontière entre le Liban et Israël, selon l’agence Reuters. Cette attaque a été menée en représailles à la mort d’un combattant du groupe chiite armé lundi dernier dans une frappe aérienne en bordure de Damas attribuée à Israël, ajoute-t-on de mêmes sources.

Le Hezbollah nie toute implication

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a affirmé lundi que le Hezbollah libanais « joue avec le feu », après ces tensions à la frontière avec le Liban. « Le Hezbollah et le gouvernement libanais sont responsables de toute attaque qui sortira du territoire » libanais, a déclaré le chef du gouvernement lors d’une conférence de presse. « Le Hezbollah joue avec le feu, notre réaction sera très forte. »

Le Hezbollah avait démenti auparavant toute implication dans des « accrochages » avec Israël. « Jusqu’à maintenant, la résistance islamique n’a pris part à aucun accrochage, n’a pas ouvert le feu durant les événements du jour », a assuré le mouvement chiite libanais dans un communiqué. « Tout ce que les médias ennemis rapportent à propos d’une opération d’infiltration depuis le Liban qui aurait été déjouée (…) est totalement faux. C’est là une tentative visant à inventer de fausses victoires illusoires. »

La Finul, la force de maintien de la paix de l’ONU dans le sud du Liban, a appelé de son côté à « la plus grande retenue » après ces combats rapportés à la frontière, précisant dans un bref communiqué que les tirs avaient cessé.

Des échanges de tirs et des images de fumées

Le mont Dov est un versant du mont Hermon revendiqué aussi par le Liban, qui nomme le secteur « fermes de Chebaa », mais qui selon l’ONU fait partie du Golan syrien occupé par Israël.

Des correspondants de chaque côté de la frontière ont rapporté des explosions. Des échanges de tirs ont eu lieu pendant environ une heure, selon un correspondant de l’AFP dans le village de Marjayoun, dans le sud du Liban.

La chaîne de télévision Al-Manar, du mouvement libanais Hezbollah qui est l’ennemi juré d’Israël, a affirmé que l’armée israélienne avait bombardé la région de Rouaissat al-Alam pendant une heure et a diffusé en direct des images de fumées s’échappant de ce secteur.

Ces incidents surviennent au lendemain de la chute d’un drone israélien au Liban et après le renforcement de la présence des forces israéliennes à la frontière.

L’armée a indiqué la semaine dernière avoir « élevé son niveau de préparation contre diverses actions ennemies potentielles ». Israël est techniquement en état de guerre avec ses voisins syrien et libanais.

Le Hezbollah et l’Iran, autre bête noire d’Israël, appuient militairement le régime dans la Syrie en guerre.

Avec AFP et Reuters

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *