Ethique de l’intelligence artificielle : Participez à la consultation de l’UNESCO pour l’élaboration d’une recommandation

Dans le cadre de la décision de la Conférence générale de l’UNESCO lors de sa 40e session en novembre 2019, l’UNESCO s’est engagée dans un processus de deux ans pour élaborer le premier instrument normatif mondial sur l’éthique de l’intelligence artificielle. Une consultation publique en ligne est ouverte jusqu’au 31 juillet 2020.

En 2020, l’UNESCO a mis l’accent sur la préparation du projet de texte de la Recommandation avec l’aide d’un Groupe d’experts ad hoc. Cette phase comprendra des consultations inclusives et multidisciplinaires avec un large éventail de parties prenantes. Ces larges consultations sont extrêmement importantes pour garantir que le projet de texte soit aussi inclusif que possible.

Vers la fin de 2020 et en 2021, l’accent sera mis sur un processus intergouvernemental et sur la négociation du projet de texte afin de produire une version finale de la Recommandation en vue de son éventuelle adoption par la Conférence générale de l’UNESCO lors de sa 41e session à la fin de 2021.

Les travaux de l’UNESCO sur la recommandation s’appuient sur l’étude préliminaire de la Commission mondiale d’éthique des connaissances scientifiques et des technologies (COMEST) de l’UNESCO. Cette étude souligne qu’actuellement, aucun instrument mondial ne couvre tous les domaines qui guident le développement et l’application de l’IA dans une approche centrée sur l’être humain.

Consultation publique en ligne
L’objectif de la consultation en ligne est de recueillir les retours sur le premier projet de recommandation. L’UNESCO indique souhaiter inclure autant de voix que possible afin d’élaborer un texte complet, inclusif et pluraliste.

Cette démarche a pour but de saisir les intérêts, les préoccupations et les points de vue du plus grand nombre possible de parties prenantes impliquées dans l’IA à travers le monde, y compris le grand public, les universités, la communauté scientifique et technique, la société civile, le secteur privé et les entités gouvernementales.

Les participations contribueront à enrichir le projet de recommandation avec différents points de vue sur la manière dont l’IA pourrait être bénéfique ou préjudiciable pour la société. Tout le monde et toutes les régions du monde devraient prendre part à ce débat. L’IA est l’affaire de tou.te.s !

Participez à cet échange ! Répondez à l’enquête en français ou en anglais.

Date limite : 31 juillet 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *