ACCUSES DE BRADAGE FONCIER A THIÈS  – Les maires contre-attaquent

Identifiés comme les principaux spéculateurs sur les réserves foncières de la ville de Thiès, les trois maires des communes ont apporté, hier, une réplique au Collectif pour la défense du patrimoine foncier de Thiès, regroupant plusieurs organisations politiques et citoyennes. Ils envisagent de traduire en justice leur porte-parole, l’ex-juge Ibrahima Hamidou Dème, pour ‘’diffamation’’.

Enjeu de taille et du moment ! Le foncier est en train de devenir une véritable arme de règlement de comptes entre politiques. Mis en cause avant-hier mardi dans une affaire de bradage foncier par le chef file du mouvement politique Ensemble, par ailleurs coordonnateur du Collectif pour la défense du patrimoine foncier de Thiès, l’ex-juge Ibrahima Hamidou Dème, les trois maires ‘’rewmistes’’ des communes de Thiès Est, Ouest et Nord, Pape Bassirou Diop, Alioune Sow et Lamine Diallo n’ont pas attendu 48 heures pour apporter leur réplique à leur ‘’accusateur’’.

C’est donc une réponse du berger à la bergère. Pour le maire de la commune de Thiès-Nord, porte-parole du ‘’collectif des trois’’, accuser les maires de bradage, ‘’c’est faire fausse route’’. A ses yeux, l’ex-parquetier essaie de faire de la récupération politique, avec la mise en place d’un tel collectif qui dit se battre pour l’intérêt des Thiessois. ‘’Nous avons décidé de convoquer ce point de presse pour apporter des clarifications, suite à la sortie du juge Dème (mardi 23 juin, à voir dans ‘’EnQuête’’ du mercredi 24). Nous voulons tout simplement dire que ce ne sont pas les populations de Thiès qui parlent. C’est un collectif de politiciens bien identifiés qui ont été des demandeurs de parcelles non servis, non satisfaits et qui se transforment en donneurs de leçons. Pour le juge Dème, voilà un gars qui se croyait intelligent, mais qui a été pris à son propre piège. Dire qu’il y a un bradage foncier à Thiès et que ce sont les maires des communes qui sont au cœur de ce bradage, relève de l’ignorance ou de la malhonnêteté intellectuelle’’, réplique Lamine Diallo.

Poursuivant, le maire ‘’rewmiste’’ porte à la connaissance du Collectif pour la défense du patrimoine foncier de Thiès, dirigé par l’ex-juge Ibrahima Hamidou Dème, que pour disposer d’un lopin de terre dans le périmètre communal, c’est la Commission domaniale instituée par un décret qui s’en charge et non les maires de commune. Comme c’est le cas au niveau des communes rurales. Pour lui, c’est cette commission qui est compétente sur le foncier. ‘’Cette Commission domaniale de la ville de Thiès est présidée par le maire Talla Sylla. Depuis que nous sommes à la tête de ces institutions, en 2014, il n’y a pas eu de lotissement. Donc, on ne peut pas parler de bradage. Ce dont il s’agit, ce sont des opérations, je dirais même quelques opérations légales de désaffectation et de réaffectation (…). Ce sont nos populations qui en ont fait la demande, parce que ces parcelles se sont transformées en niches d’insécurité. Il est de notre responsabilité de donner à ces quartiers un autre visage. Mais il n’y a point de bradage foncier’’, fulmine le maire de la commune de Thiès-Nord.

Ce que confirme son parti dans un communiqué reçu à ‘’EnQuête’’. ‘’Le Rewmi et son président Idrissa Seck ne sauraient ni cautionner ni participer à un bradage du patrimoine foncier national. Pour le cas spécifique de Thiès, les attributions sont gérées par une commission présidée par le maire de la ville’’, lit-on dans la note.

Menaces de saisir la justice

En outre, Lamine Diallo rappelle que ses collègues et lui, ‘’diffamés’’ par l’ex-juge, sont prêts à l’attaquer devant la justice. En ce qui concerne la bretelle logée dans la commune de Thiès-Ouest, Lamine Diallo précise que celle-ci est un titre foncier de l’État. Et que nulle n’a le droit d’y opérer une spoliation foncière quelconque. Quant à la stratégie développée par l’ex-juge Dème et Cie pour rétablir ‘’les honnêtes’’ citoyens thiessois dans leurs droits, le collaborateur d’Idrissa Seck constate une démarche politique et pense que c’est peine perdue. ‘’Faire de la politique à Thiès, c’est très difficile. Et pour avoir un leadership à Thiès, c’est encore plus difficile. On le (l’ex-juge) comprend’’, poursuit Lamine Diallo.

Ce mardi, lors du point de presse du patron du mouvement Ensemble et Cie, il est clairement indiqué que la formation politique d’Idrissa Seck était membre du collectif qui envisage de trainer les spéculateurs fonciers devant la Cour suprême. Une adhésion que nie en bloc et devant les hommes le ‘’lieutenant’’ de l’ancien Premier ministre. ‘’Autre chose qu’il faut souligner, c’est que le Rewmi ne fait pas partie de ce collectif. C’est un seul militant (ancien adjoint au maire) du parti qui est membre dudit collectif. Mais ce n’est pas le parti qui est dans ce collectif-là. Nous avions été aux commandes dans cette ville depuis 2002. Et nous avions eu que de belles réalisations’’, recadre-t-il pour se féliciter.

Lamine Diallo clame haut et fort : ’’Nous, maires des communes, ne sommes pas membres de la Commission domaniale. Depuis qu’elle a été installée, elle n’a violé aucune procédure par rapport à ses compétences.’’

GAUSTIN DIATTA (THIÈS)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *