MINISTRE OUMAR YOUM SUR LA SUSPENSION DU TRANSPORT INTERURBAIN – ‘’Le décret est déjà disponible’’

La tentative de fuite d’un malade positif au coronavirus a précipité la décision. Désormais, les déplacements entre les 14 régions du Sénégal sont suspendus pour un délai de 12 jours, avec possibilité de prolongement. L’annonce a été faite, hier, par le ministre des Transports terrestres.

Le Sénégal corse ses mesures pour barrer la propagation de la Covid-19 qui gagne du terrain dans le pays. Ainsi, le président de la République a décrété, ce lundi, l’état d’urgence avec interdiction, pour les populations, de tout déplacement entre 20 h et 6 h du matin. Parmi les conséquences immédiates de cette mesure, l’interdiction pour 12 jours du transport interurbain. La précision a été apportée par le ministre des Transports qui se prononçait sur la situation, après le discours du chef de l’Etat Macky Sall.

‘’On est en train de discuter avec les ministres de l’Intérieur et des Forces armées pour voir les mesures à prendre. En effet, le secteur du transport est transversal et plusieurs autorités y sont impliquées. Les décisions ne sont prises qu’après concertation avec les différentes autorités concernées. Cependant, ce qui est clair, aujourd’hui, est que le président de la République a donné une instruction ferme. Le transport interurbain, c’est-à-dire entre les différentes villes ou les régions, est suspendu pour 12 jours, parce que cela fait partie des mesures de l’état d’urgence’’, a clarifié Me Oumar Youm, Ministre des Transports terrestres.

Il précise qu’à partir de l’entrée en vigueur de la mesure de l’état d’urgence, tout déplacement sera considéré comme une violation de la loi et une menace pour la population. C’est pourquoi il invite les citoyens qui avaient prévu de voyager, dans la nuit du lundi au mardi, d’annuler le déplacement, pour se conformer à la loi. À défaut, la loi va s’appliquer à eux. Et concernant le délai de 12 jours, Me Oumar Youm indique qu’il s’inscrit dans le règlement de l’état d’urgence. ‘’C’est la loi de 1969 qui encadre l’état d’urgence qui a limité ce délai à 12 jours.

Les mesures de l’état d’urgence restreignent les libertés. C’est pourquoi, à partir d’aujourd’hui, tout le monde doit savoir qu’il y aura des restrictions dans le secteur du transport, surtout le transport interurbain. Il ne faut plus prendre le risque de voyager, parce qu’à partir de minuit, la loi va s’appliquer. Pour ceux qui s’apprêtaient à voyager la nuit, mieux vaut annuler, parce que tout déplacement sera considéré comme une violation de la loi et une menace pour la population’’, a-t-il ajouté.

A en croire le ministre, cette restriction couvrant, pour le moment, une période de 12 jours, pourrait être prolongée, si les circonstances le demandent. Car le secteur du transport est un vecteur de propagation du virus. Pour preuve, indique-t-il, récemment, un malade testé positif a tenté de fuir, en empruntant un transport public interurbain. ‘’Toutes ces mesures sont prises dans le délai de l’état d’urgence. Maintenant, s’il faut prolonger ce délai par une loi ou des ordonnancements, nous allons le faire. Peut-être, d’ici-là, la circulation du virus va s’arrêter et il n’y aura plus de prolongation. Il faut savoir que ces mesures sont adaptées aux circonstances.

Il y a un cas testé positif qui avait pris un transport public pour sortir de Dakar et il a été arrêté vers Fatick. Ceci propage la maladie et c’est ce que nous voulons éviter. Le principal souci, aujourd’hui, des médecins spécialistes, c’est la propagation ; et le transport est un levier rapide pour la circulation du virus. Le décret est déjà disponible et d’ici demain, toutes les mesures d’accompagnement seront prises’’, précise le ministre Youm.

ABBA BA

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *