La Birmanie sommée de défendre les Rohingyas

La Cour internationale de justice (CIJ) a ordonné jeudi à la Birmanie de prendre « toutes les mesures » en son pouvoir pour prévenir un éventuel génocide à l’encontre de la minorité musulmane des Rohingyas.

La Cour basée à La Haye (Pays-Bas) a accordé une série de mesures d’urgence requises par la Gambie, qui accuse la Birmanie d’avoir violé la Convention des Nations unies de 1948 pour la prévention et la répression du crime de génocide.

La Birmanie doit “prendre toutes les mesures”

Le juge président Abdulqawi Ahmed Yusuf a déclaré que la Birmanie « doit prendre toutes les mesures en son pouvoir afin de prévenir la commission de tout acte entrant dans le champ d’application » de cette convention. Ces actes comprennent notamment le « meurtre de membres du groupe » rohingya et la « soumission intentionnelle du groupe à des conditions d’existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle ».

Un rapport à fournir dans les quatre mois

La CIJ, plus haute instance judiciaire de l’ONU, a ordonné à la Birmanie de lui fournir un rapport sur les mesures prises pour exécuter son ordonnance dans les quatre mois, puis tous les six mois.

La Gambie, à majorité musulmane, avait demandé à la Cour d’ordonner des mesures d’urgence dans l’attente d’une décision finale en l’affaire, qui pourrait prendre des années.

Depuis août 2017, environ 740.000 Rohingyas se sont réfugiés au Bangladesh pour fuir les exactions de militaires birmans et de milices bouddhistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *