USINE DE KEUR MOMAR SARR 3 – L’Afd met 9,8 milliards pour un surpresseur

La construction de l’usine Kms3 se poursuit. Une nouvelle étape débute, avec la signature d’une convention de prêt de 9,8 milliards de F Cfa pour la construction d’un surpresseur à Ngaye Mékhé.

En cours de construction, l’usine de Keur Momar Sarr (Kùs3) produira 200 000 m3/j. Il faudra acheminer ces volumes d’eau vers les zones de consommation (Dakar et ses nouveaux pôles urbains de Diamniadio, du lac Rose, le pôle aéroportuaire de Diass ainsi que les localités longeant la nouvelle conduite).

Dans cette perspective, un accélérateur, également appelé surpresseur, sera construit à hauteur de Ngaye Mékhé. Il permettra de transporter les volumes d’eau produits. Mékhé est la zone de transit entre le site de production (Keur Momar Sarr) et le site de consommation (Dakar). Hier a eu lieu la signature de convention entre l’Agence française de développement (Afd) et l’Etat du Sénégal. Il s’agit d’un financement complémentaire sous forme d’un prêt d’un montant de 9,8 milliards de F Cfa.

En effet, le ministre des Finances et du Budget, Amadou Hott, renseigne que l’Afd a déjà accordé un prêt de 60,7 milliards, compte non tenu d’une subvention de 656 millions à titre institutionnel.

Le nouvel accélérateur va permettre de faire transiter 200 000 m3/j vers la capitale Dakar, contre 100 000 m3/j actuellement. ‘’Avec une production d’eau potable de 200 000 m3/j, le projet résorbera le déficit de production, d’ici 2021, et participera à satisfaire la demande en eau potable de la capitale sénégalaise, à l’horizon 2035. Plus globalement, le Programme de branchements sociaux de Kms3, avec 85 000 branchements, permettra l’accès à l’eau potable de 680 000 personnes supplémentaires. Avec une mobilisation de ressources en eau de surface disponibles en quantité suffisante, il aura un impact positif sur la préservation de la nappe phréatique, en permettant l’arrêt progressif de la surexploitation des nappes souterraines par les forages‘’, explique le représentant de l’Afd, Alexandre Fontier.

Le projet Kms3 a démarré en 2017. Il est doté d’une enveloppe de 274 milliards de nos francs. Il est cofinancé par l’Etat du Sénégal (13,5 milliards de F Cfa), la Banque islamique de développement (87,6 milliards de F Cfa), la Banque européenne d’investissement (65,6 milliards de F Cfa), la Banque africaine de développement (42,6 milliards de F Cfa) et l’Agence française de développement (60,4 milliards de F Cfa) et la Banque mondiale (3,9 milliards de F Cfa).

CHEIKH THIAM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *